Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Les surfaces cultivées en bio – par 224 000 exploitations sur 6,3 millions d’ha –  ont été multipliées par 3,3 en quinze ans sur les deux rives de la Méditerranée.

Dans tous ces pays, des fermes se convertissent à ces pratiques culturales mais les surfaces sont inégalement réparties. «Près de 76 % des terres cultivées en bio dans le pourtour méditerranéen se trouvaient en Espagne, en Italie et en France en 2015 . On dénombre en Italie 52.600 exploitations contre quelques dizaines en Algérie ou dans les Balkans. C’est en Turquie où les exploitations bio sont les plus nombreuses (près de 70.000). Sur la rive sud de la Méditerranée, la Tunisie est en tête avec près de 3.000 exploitations.

Mais ramenée à la surface agricole utile, l’agriculture biologique s’est davantage étendue en Italie (12 % de la Sau), en Slovénie et en Grèce où certaines cultures se prêtent facilement à la conversion au bio. La gamme de produits est très diversifiée: fruits frais, secs et en conserve, olives, herbes et épices, miel, céréales, plantes médicinales, huile d’argan, etc.

L’essor de l’agriculture bio s’accélère sur tous les continents (+18,1 % entre 2014 et 2015). Sur les deux rives de la Méditerranée, les surfaces cultivées en bio ont progressé de plus de 823.000 hectares (+15,0 %). En 15 ans, la surface a été multipliée par 3,3.

L’Espagne a connu la plus forte progression en termes de surfaces entre 2014 et 2015 (près de 305.400 ha supplémentaires), suivie par la France (près de 204.700 ha supplémentaires).

Au niveau mondial, 51,0 millions d’hectares, convertis ou en conversion, sont cultivés en bio, soit 1,1 % de l’ensemble du territoire agricole des 179 pays enquêtés, Plus de 2,4 millions d’exploitations agricoles certifiées bio ont été enregistrées en 2015.

Pour en savoir Plus : Agence bio

Frédéric Hénin