Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

En Afrique subsaharienne, le manque de précipitations ainsi que l’agriculture et le pâturage intensifs contribuent à dégrader les sols au point d’entraver l’équilibre naturel et la biodiversité.

Ces pratiques agricoles qui privilégient les gains à court terme connaissent leur limite avec le changement climatique qui s’intensifie.

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) pilote des actions visant à modifier les pratiques et à rendre l’agriculture plus durable.

Trois projets innovants ont été conduits par le fonds :

  • Eswatini(ex-Swaziland) : le FIDA accompagne les femmes dont la gestion des ressources naturelles est plus durable et conduit à une meilleure préservation des sols. Grâce au fonds, elles accèdent aux postes de direction de diverses organisations locales. Le fonds délimite aussi des espaces sauvages non cultivables tout en introduisant des cultures alternatives moins impactantes pour l’environnement ;
  • Niger : dans ce pays touché par l’érosion et la déforestation, le FIDA aide les fermiers à économiser l’eau et à préserver les sols. Plus de 70.000 agriculteurs ont été formés à des techniques agricoles moins agressives pour les sols, à l’image des zaï, des trous creusés dans le sol destinés à conserver l’eau et à recevoir des fertilisants naturels (fumier). Les protagonistes ont constaté une amélioration de leur production et de leur sécurité alimentaire ;
  • Kenya : les abords forestiers du fleuve Tana se sont transformés en surfaces cultivées. La qualité des eaux du fleuve a baissé et mis en péril l’approvisionnement de la capitale, Nairobi. Aidé par des investisseurs privés (Coca-Cola et East African Breweries), le FIDA finance la restauration des terres par les fermiers locaux en proposant une transition vers des cultures moins consommatrices en eau. Grâce aux $22 millions financés par le FIDA et le privé, 70.000 hectares ont été restaurés. L’initiative a donné lieu à la création d’une nouvelle association chargée de poursuivre l’action : le Upper Tana Nairobi Water Fund (UTNWF).

Lors de la COP15, les participants ont rappelé l’importance de la préservation des terres dans la prévention de la pauvreté et l’intérêt d’introduire des solutions innovantes dans les pratiques agricoles locales.

Source : FIDA