Comprendre les enjeux de l’agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Depuis 2016, un nouveau ravageur d’origine américaine s’est implanté en Afrique. Il s’agit de la noctuelle américaine du maïs, spodoptera frugiperda de son nom scientifique. Ce parasite s’étend rapidement et cause d’importants dégâts aux récoltes  de maïs, de mil,  aliments de base des Africains, mais aussi au le sorgho et aux cotonniers. Des millions de tonnes de récoltes pourraient être détruites, alors que les fermiers ne disposent pas à ce stade de moyens de lutte satisfaisants. Selon Jean-Baptiste Bahama de la FAO à Adis Abeba, entre 8 millions et 21 millions de tonnes de maïs, sur les 39 millions de tonnes attendus pourraient être perdus. L’insecte est désormais présent dans 38 pays africains.  La puissance de destruction du ravageur, d’abord constatée au Nigéria, est énorme. La chenille se gorge  rapidement de nourriture et le papillon peut parcourir 100 km en une nuit. Les femelles pondent des centaines d’œufs à la fois selon Alessio Colussi de la FAO au Kenya. Ce sont les jeunes plants de maïs qui sont attaqués et détruits en premier. Aujourd’hui les fermiers ne savent pas très bien  que faire pour lutter contre  ce ravageur. Les pays touchés ont été surpris par la rapidité de sa propagation et l’ampleur des dégâts. Ils ont eu recours aux pesticides, mais avec des résultats mitigés. Il faudra certainement faire appel à des méthodes multiples estiment les experts FAO. Le Brésil, où la noctuelle est présente, dépense des sommes énormes pour lutter contre ce ravageur.

Socopag