Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

 

Le commerce mondial du blé connaît de nouvelles turbulences. Les conditions climatiques ont endommagé les cultures dans l’Union européenne alors que les récoltes sont en plein essor ailleurs. Après avoir dépassé la Russie en tant que premier exportateur, l’Union européenne va rétrograder à la troisième place cette saison, après que la sécheresse et les inondations aient endommagé ses récoltes. La situation est bien meilleure pour les autres principaux exportateurs : le Canada enregistre des ventes record, l’Australie battra son record de ventes vieux de quatre ans et la Russie retrouvera sa première place. Voici un résumé de l’évolution des récoltes et des ventes chez les principaux pays exportateurs:

· Australie : le marché mondial se tourne vers l’Australie pour combler le vide laissé par l’UE. Le gouvernement a prévu une hausse de 76 % de la production en juin qui devrait atteindre 26,7 millions de tonnes, les pluies ayant été abondantes après des années de sécheresse

· Russie : on s’attend à ce que la récolte soit la deuxième plus importante jamais enregistrée en Russie. Le pays compte déjà 100 États clients et règne sur l’important marché égyptien au détriment des céréales roumaines et françaises.

· Amérique du Nord : la récolte canadienne a atteint un niveau record qui dépassera celui établi au début des années 1990. L’offre canadienne devrait concurrencer les céréales australiennes en Asie du Sud-Est.

· Union européenne : le premier producteur de la région, la France, continue de fournir ses clients traditionnels comme l’Algérie. Les cargaisons à destination de la Chine – qui est devenue un client important la saison dernière – continuent d’affluer. Néanmoins, les exportations françaises pourraient chuter de moitié cette saison après une mauvaise récolte. Les bonnes récoltes de Pologne et des pays baltes pourraient compenser une partie du déficit de l’UE.

Source : Bloomberg