Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

La première journée mondiale du coton s’est tenue le 7 octobre à Genève au siège de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en partenariat avec la FA0 et la Cnuced, entre autres.  Cette journée se veut une célébration mondiale d’une matière première, le coton, produit dans 75 pays et faisant vivre des millions de personnes, particulièrement en Afrique. Quatre pays africains, baptisés C4, sont à l’origine de cette initiative : le Bénin, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad. Ces derniers se plaignent de la concurrence déloyale dont sont victimes les cultivateurs africains. En effet, nombre de pays dan le monde subventionnent à hauteur de $ 5,9 milliards (en 2017/2018) leurs producteurs nationaux fragilisant ainsi les petits fermiers africains qui produisent pourtant du coton de grande qualité. Le  ministre malien de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar a, ainsi, déclaré : « Nous demandons une application des règles du commerce international qui permette à chaque acteur de la filière cotonnière, quel que soit son pays d’origine, de gagner la part qui lui revient ». Pour la Chine et l’Inde, les subventions distribuées par les pays développés créent des distorsions de marché qui nuisent aux paysans africains. Selon la représentante indienne, son pays accorde une subvention de $ 260 par an à chacun de ses producteurs de coton, loin, très loin des $ 60 000 américains ou des $ 18 000 canadiens et $ 11 000 européens.

Source : Commod Africa