Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

L’Agence pour le développement agricole du Maroc (ADA) va démarrer un projet de plantation de 10 000 hectares d’arganiers dans 8 provinces du pays. Cette réalisation s’inscrit dans le cadre du Projet de mise en place de l’Arganiculture en environnement dégradé (DARED). Le coût global de ce projet est estimé à quelques 50 millions de dollars. D’une durée de 6 ans, il s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Il vise « l’amélioration de la résilience des communautés rurales et de la Réserve de biosphère de l’Arganeraie (RBA) » précise le communiqué de l’ADA. Il devrait bénéficier aux 371 000 habitants des 31 communes concernées. Il devrait également permettre d’éviter l’émission d’environ 2 millions de tonnes de CO2 d’ici 2030 grâce à l’accroissement de la capacité de stockage du carbone dans le sol. Pour boucler le financement de ce projet, l’ADA a, dans un premier temps, obtenu son accréditation auprès du Fonds Vert pour le Climat (FVC), en mars 2016, puis à un don de 40 millions de dollars ((34 millions d’euros) auprès du même fond, en octobre 2016. Enfin, le Fonds vert vient d’accorder un don de 300 000 dollars à l’ADA.

Le Maroc est le premier exportateur mondial d’huile d’argan. Il projette d’arriver à un volume de production annuelle de 10 000 tonnes en 2020 contre 4 000 tonnes en moyenne actuellement.

OM