Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Les politiques énergétiques en faveur du photovoltaïque agricole augmentent l’attractivité de ce marché et pourraient tenter les industriels de s’en emparer au détriment des agriculteurs eux-mêmes.

Le collectif Agriculteurs Producteurs d’Électricité Photovoltaïque Agricole (APEHA) alerte les agriculteurs sur la nécessité de rester partie prenante de cette activité croissante à valeur ajoutée. Il suggère notamment de privilégier les industriels qui associent les agriculteurs au projet.

Avec une puissance installée actuelle de 10 GW et un programme pluriannuel de l’énergie (PPE) qui vise les 35 à 44 GW pour 2028, l’exploitation de panneaux photovoltaïques va occuper une place de choix dans le paysage énergétique.

Certains industriels font déjà le forcing pour exploiter les installations photovoltaïques agricoles, ils proposent en échange d’assurer des investissements nécessaires aux exploitations agricoles.

Selon le collectif, cet engouement doit alerter les agriculteurs sur le potentiel de cette activité et les faire réfléchir sur l’opportunité de porter eux-mêmes le projet, pour plusieurs raisons :

  • L’engagement d’exploitation prend la forme d’un bail emphytéotique sur 30 ans en cas de signature avec un groupe ;
  • La qualité des bâtiments agricoles « offerts » peut-être minimale et ne pas prendre en compte les objectifs à long terme de la profession (ergonomie, durabilité, bien-être animal…) ;

La situation financière des agriculteurs face à l’investissement initial les rend vulnérables et frileux à l’idée de prendre un charge un nouveau projet.

APEHA propose de créer un fonds d’investissement porté par plusieurs acteurs : agriculteurs, collectivités, riverains afin de prendre le contrôle d’au moins 34% de chaque projet et ainsi, disposer d’une minorité bloquante. Selon Pascal Chaussec, président du collectif, la rentabilité serait d’environ 4,5 à 5%.

Par ailleurs, la gouvernance du projet par le monde agricole permettrait de garantir que l’usage agricole reste prioritaire sur un usage par des tiers.

Source : Terre-Net