Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

L’exploitation respectueuse des ressources et de l’écosystème climatique constitue le fondement de l’agroécologie dans laquelle agriculteurs et communautés jouent un rôle central.

Un partenariat d’experts de différents pays a lancé début juin une nouvelle plateforme de transformation par l’agroécologie (the transformative partnership platform on agroecology) qui visera à informer les acteurs des grands principes de ce mode d’agriculture et des avancées dans ce secteur.

Parmi ces experts, on retrouve :

  • La FAO ;
  • Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ;
  • Biovision , une fondation pour le développement écologique ;
  • Le CGIAR, un groupe international composé de 15 unités de recherche agricole ;
  • Le Fonds international de développement agricole (FIDA) ;
  • L’association française d’agronomie (AFA) ;
  • L’alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique (AFSA) ;
  • Les gouvernements français et suisse.

L’agroalimentaire est un maillon-clé dans la qualité environnementale de notre écosystème futur, parce qu’elle est à la fois source de pollutions et levier de la biodiversité.

Environ 500 représentants de 56 pays ont échangé sur ce sujet à l’occasion de la tenue du 48e Comité de la sécurité alimentaire mondiale. L’objectif est de monter en compétence sur les pratiques agroécologiques viables pour les diffuser aux acteurs de la filière.

Cet échange a été l’occasion, pour chaque nation, de mettre en avant son action en faveur de l’agroécologie :

  • Le Sri Lanka a interdit les importations d’engrais artificiels et autres produits issus de l’agrochimie ;
  • La France soutient le projet de la grande muraille verte au Sahel et l’accès facilité aux financements pour les petits producteurs et transformateurs ;
  • Le Sénégal travaille à réduire l’usage des pesticides tout en améliorant la lutte contre les ravageurs …

Élisabeth Claverie de SAINT MARTIN, PDG du Cirad, reconnaît que la difficulté est de mutualiser la connaissance et l’élaboration de méthodologies tout en respectant les spécificités régionales. L’objectif prioritaire reste d’inventer ce support de connaissances et de garantir que chacun peut y accéder pour entamer sa transition :

  • Savoir créer des systèmes agricoles et alimentaires inclusifs localement ;
  • Créer du lien horizontalement entre les secteurs et verticalement dans une filière ;
  • Proposer des pistes d’action pour lutter contre la désertification…

Source : CIRAD