Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Bibliographical references

  • Altchenko, Y., & Villholth, K. G. (2015) “Mapping irrigation potential from renewable groundwater in Africa – a quantitative hydrological approach”, Hydrology and Earth System Sciences, 19(2), p.1055–1067.
  • Boone C. (2013) Property and Political Order in Africa. Land Rights and the Structure of Politics, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Chamberlin J., Jayne T.S., Headey D. (2014) « Scarcity amid Abundance ? Reassessing the potential for cropland expansion in Africa », Food Policy, 48, 51-65.
  • Chaoran C and Restuccia D. (2018) “Agricultural Productivity Growth in Africa.” Background paper prepared for the AFRCE project Boosting Productivity in Sub-Saharan Africa, Department of Economics, University of Toronto, Toronto.
  • Chouquer G (2012) « L’Afrique est-elle disponible ? Ce que l’on voit quand on regarde », Grain de sel, n°57, janvier-mars.
  • Colin J-Ph. (2017) «Émergence et dynamique des marchés ruraux en Afrique subsaharienne, un état des lieux sélectifs », Les Cahiers du Pôle Foncier, n° 18, Montpellier, IRD-IPAR.
  • Collier, P., and Dercon, S. (2014) “African agriculture in 50 years : Smallholders in a rapidly changing world?”, World Development,63, 92–101.
  • Comité technique Foncier et développement, (2017) « La formalisation des droits sur la terre : bilan des expériences et des réflexions », Regards sur le foncier n° 2, AFD, MAEDI, Paris, avril.
  • Commission économique pour l’Afrique (2018) Les investissements fonciers à grande échelle en Afrique: Rapport analytique, Addis-Abeba, Éthiopie.
  • Debar J-C. et Tapsoba A. (2019) « Les surfaces disponibles pour l’agriculture : un nouvel éclairage, » Blog Fondation FARM.
  • Dimobe, K., Ouédraogo, A., Soma, S., Goetze, D., Porembski, S., & Thiombiano, A. (2015) “Identification of driving factors of land degradation and deforestation in the Wildlife Reserve of Bontioli (Burkina Faso, West Africa)”,Global Ecology and Conservation, 4, p. 559–571.
  • Diop, M. (2016) « Cinquante ans de réformes foncières en Afrique : échecs et défis », dans : Marina Lafay éd., Regards scientifiques sur l’Afrique depuis les Indépendances, p 425-438, Paris, Karthala.
  • ELD Initiative & UNEP (2015), The Economics of Land Degradation in Africa: Benefits of Action Outweigh the Costs, Nairobi, Ecosystem Services Economics Unit, UNEP Division of Environmental Policy Implementation.
  • FAO (2011) The state of the world’s land and water resources for food and agriculture (SOLAW) – Managing systems at risk, Food and Agriculture Organization of the United Nations, Rome and Earthscan, London.
  • Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) (2019), Climate Change and Land, an IPCC special report on climate change, desertification, land degradation, sustainable land management, food security, and greenhouse gas fluxes in terrestrial ecosystems(SRCCL), chapitre IV. Olsson L., Barbosa H. (2019), « Land Degradation », https.www.ipcc.ch
  • Guedegbe Th, Sinsin T. et Doukkali M-R. (2018) « La neutralité en termes de dégradation des terres en Afrique est-elle envisageable ? », Policy-Brief 18/31, OCP Policy Center.
  • Headley D. et Fan S. (2014) “Adaptation to land constraints : Is Africa different ?”, Food Policy 48, 18–33.
  • INRA-CIRAD, 2009, Agrimonde, Agricultures et alimentations du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développement durable, Paris, INRA-CIRAD.
  • International Fund for Agricultural Development (IFAD) (2019) Creating opportunity for rural youth, 2019 Rural Development Report, Rome, Italy
  • Jacquemot P. (2018a) « La marchandisation du foncier rural en Afrique, enjeux et perspectives », Willagri, septembre.
  • Jacquemot P. (2018b) « Quel avenir pour les aires protégées africaines ? », Willagri, décembre.
  • Jayne T.S., Chamberlin J. and Headey D. (2014) « Land pressures, the evolution of farming systems, and development strategies in Africa : A synthesis », Food Policy, 48,  1-17.
  • Lambin E.F., Gibbs H.K., Ferreira L., Grau R., Mayaux P., Meyfroidt P., Morton D.C., Rudel T.K., Gasparri I., Munger J. (2013), « Estimating the world’s potentially available cropland using a bottom-up approach », Global Environmental Change, 23 (5), Elsevier, p. 892-901.
  • Le Mouël C., de Lattre-Gasquet M., Mora O. (éd.), (2018)Land use and food security in 2050: A narrow road (Agrimonde-Terra).Versailles, Quae.
  • Lesiv M, Fritz S, McCallum I, Tsendbazar N, Herold M, Pekel J­F, Buchhorn M, Smets B, et al. (2017) Evaluation of ESA CCI prototype land cover map at 20 m, IIASA Working Paper. IIASA, Laxenburg, Austria,WP­17­021. http://pure.iiasa.ac.at/14979/
  • Merlet M. (2013) « Les terres cultivables non cultivées dans le monde», Note préparée à la demande de la Commission Agriculture et Alimentation de Coordination Sud, Paris, AGTER.
  • NEPAD (2002) Comprehensive Africa Agriculture Development (CAADP), Johannesburg, South Africa.
  • NEPAD (2013) Les agricultures africaines. Transformations et perspectives, Johannesburg, South Africa.
  • Nkonya, E., Johnson, T., Kwon, H. Y., & Kato, E. (2016) “Economics of Land Degradation in Sub- Saharan Africa.”, in von B. J. Nkonya E., Mirzabaev A. (ed.), Economics of Land Degradation and Improvement – A Global Assessment for Sustainable Development ( 215–259), Springer International Publishing.
  • Oakland Institute (2019) Vendre les terres au plus offrant. Le plan de la Banque mondiale pour privatiser les biens communs, Oakland, CA 94619 USA.
  • OCDE (2013) Peuplement, marché et sécurité alimentaire, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, ed. de l’OCDE.
  • OCDE/FAO (2016), « L’agriculture en Afrique subsaharienne : Perspectives et enjeux de la décennie à venir », Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO 2016-2025, Éditions OCDE, Paris.
  • Prăvălie, R. (2016) “Drylands extent and environmental issues. A global approach”, Earth-Science Reviews, 161, p.259–278.
  • Riegel F., Roth A. et Batteiger V. (2019) “Global assessement of sustainable land availability for bioenergy and food production”, 2Tth European Biomass Conference Exhibition, 27-30 may, Lisbon, Portugal.
  • Traoré, S. B., Ali, A., Tinni, S. H., Samake, M., Garba, I., Maigari, I., … Bouafou, K. G. M. (2014) “AGRHYMET : A drought monitoring and capacity building center in the West Africa Region”, Weather and Climate Extremes, 3, p.22–30.
  • UNEP-WCMC (2018) Protected Planet: The Global Database on Protected Area Management Effectiveness (GD-PAME) Statistics, Cambridge, UK.
  • Yeboah, F.K., Jayne, T.S., Muyanga, M. and Chamberlin, J. (2018) “The Intersection of Youth Access to Land, Migration, and Employment Opportunities : Evidence from sub-Saharan Africa”, Background paper for the Rural Development Report 2019. Rome, IFAD.

[1] Sur  ce point, les avis des prospectivistes ont longtemps divergé. Après la crise de 2007-2008, IIASA (International Institute for Applied Systems Analysis) a considéré que pour les pays africains, 25% seulement du potentiel de rendements étaient réalisés et que la marge de progression de l’intensification était donc considérable. A l’opposé, le scénario de l’INRA et du CIRAD (France), « Agrimonde », estimait que l’augmentation de la production viendra d’ici 2050 de la hausse des superficies, au prix d’une nouvelle vague de déforestation et  avec une hausse des rendements très modeste, en raison des contraintes socio-économiques qui pèsent sur la paysannerie (INRA-Cirad, 2009). Ce dernier scénario est confirmé par la nouvelle version d’Agrimonde-Terra (Le Mouël et al., 2018).

[2] Au Burkina Faso, par exemple, Dimobe et al. (2015) estiment qu’entre 1984 et 2013, les sols nus et les terres agricoles ont augmenté respectivement de 19 % et 90 %, tandis que les forêts, les galeries forestières, les savanes arborées, les savanes arbustives et les plans d’eau ont diminué de 19 %, 19 %, 5 %, 45% et 31 %, respectivement.

[1] Chiffres de la Land matrix (www.landmatrix.org). Ces données comprennent les opérations à tous les stades, de l’expression d’intérêt aux opérations qui ont ou pas abouti.

[2] Sans compter aussi les facteurs sécuritaires qui contrarient l’accès aux aires utiles. Les guerres civiles et l’instabilité politique, singulièrement dans le Sahel, en Centrafrique et dans l’est de la RD Congo, excluent une large frange de terres de l’extension des capacités agricoles.

[1] La dégradation des terres est définie par la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) comme : « la réduction et la perte de la capacité de production organique ou économique des terres à produire. La dégradation des terres est souvent causée par les activités humaines, et exacerbée par les processus naturels tels que le changement climatique et la perte de la biodiversité » (UNCCD, 2019). Le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, consacré aux relations climat-sols est particulièrement alarmiste : d’ici 2030, la dégradation des sols des zones agricoles pourrait affecter 225 millions d’ha (GIEC, 2019). Sont menacées autant les régions à hautes densités humaines (vallée du Rift kenyan, hauts plateaux éthiopiens, régions des Grands Lacs, hautes terres malgaches, Afrique australe du Cap à Maputo), que des espaces peu peuplés.

[1] Certains chercheurs (J. Chamberlin et al., 2014 ; T.S. Jayne et al, 2014) parviennent à un résultat plus optimiste puisqu’ils estiment qu’il y a au sud du Sahara 225 millions d’hectares de terres disponibles cultivables avec « un potentiel de production moyen ou élevé, nécessitant un apport en capital modeste ou élevé ». La différence vient d’une estimation optimiste de l’état des sols incultes.

[2] Le modèle IASA’s Global Biosphere Management Model (GLOBIOM) développé par l’International Institute for Applied Systems Analysis peut être utilisé pour analyser la concurrence pour l’utilisation des terres entre l’agriculture, la foresterie, l’élevage et la bioénergie. Le modèle a une couverture sur 30 régions. Il  permet d’explorer les divers compromis autour de l’utilisation des terres et des services écosystémiques (Lesiv, 2017).

[1] Annuaire statistique de la FAO : www.fao.org/faostat/ Données de 2017. Les données sur les disponibilités et potentiel en terres révèlent d’importantes divergences. Elles sont fondées sur des données statistiques et/ou sur des images satellite, et enregistrent soit les différents types de couverture du sol soit l’usage qui en est fait. Trois bases majeures existent : IIASA (International Institute for Applied Systems Analysis, Schloss Laxenburg,Vienne), SAGE (Center for Sustainability and the Global Environment, University of Wisconsin-Madison) et FAOSTAT qui compilent des données à partir des statistiques nationales et d’enquêtes auprès des États. Les méthodes sont différentes. Les statistiques de la FAO dépendent de la qualité et de l’homogénéité des données fournies par les Instituts de statistiques nationaux. Le manque de précision des notions, en particulier des prairies et pâturages, des jachères naturelles ou améliorées, entraîne une surestimation, des terres cultivables notamment dans les zones sahéliennes (OCDE, 2013a).

[2] Certains pays sont particulièrement riches en terres potentiellement cultivables. Sur 97 millions d’hectares de surfaces agricoles utiles en Afrique du Sud, moins de 13 % sont cultivées. Les ratios sont voisins dans les autres pays disposant de terres abondantes, à Madagascar, au Soudan, au Mozambique, en RD Congo. En Afrique de l’Ouest le rapport surfaces cultivées sur potentiel agricole était de 25 % en 1961 et de 38 % en 2012 (OCDE, 2013a).

[3] Selon World Database on Protected Areas (WDPA). Les aires sont « protégées » quand elles reçoivent une protection en raison de leur valeur écologique et où l’activité agricole est explicitement prohibée (catégorie Ia, Ib, II, III, IV de l’UICN, zones humides reconnues par la convention Ramsar, sites classés par l’Unesco  (Man and the Biosphère Program).

[4] Les divergences dans les méthodes et donc dans les données sont nombreuses. Certaines catégories peuvent prêter à confusion, comme les savanes et les «prairies et pâturages permanents» qui peuvent être naturels ou spontanés et être utilisés ou non. Les catégories des «terres forestières»  et des « zones arborées » qui recouvrent aussi des savanes arborées si le couvert forestier est supérieur à 10% et les jachères et friches qui s’inscrivent dans des rotations de cultures et dont la définition sont également peu précises (Merlet, 2013).

[5]  FAOSTAT (2017 donne une superficie de 703 mha pour les prairies, mais le chiffre inclut pour un tiers des terres incultes.

1 2 3 4 5