Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Le rapport du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) du 16 mai 2022 sur les investissements fonciers en Afrique livre un bilan critique les risques liés à l’absence de contrôle sur les transferts fonciers dans les zones agricoles. Les « Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers » adoptées en 2012 dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies ne sont que peu respectées et les populations locales sont souvent spoliées. Les principaux investisseurs – entreprises américaines, européennes ou chinoises notamment mais aussi entreprises inconnues enregistrées dans les paradis fiscaux- multiplient les acquisitions foncières sans tenir compte des réalités et besoins des populations locales. Résultent de ces manœuvres dont l’opacité a été constatée, des expropriations sauvages, la spoliation des terres et la mise en œuvre de cultures intensives sans respect des besoins alimentaires locaux. Les résultats de l’étude du CIRAD montrent que les pratiques ont peu évolué depuis le début des années 2000 malgré la mise en place des directives volontaires. L’analyse s’appuie sur 740 acquisitions foncières de plus de 200 hectares dans 23 pays africains. Elle révèle que 20% des acquisitions ont été réalisées en s’affranchissant de toute règle et que 78% s’opéraient en toute ignorance des intérêts des populations. La Mauritanie et le Soudan affichent un bilan sévère avec moins de 15% des directives respectées tandis que Le Gabon, l’Afrique du Sud et la Zambie semblent être de « bons » élèves avec 50% de taux de conformité aux règles. Ces courses effrénées à l’investissement foncier, initiées à la fin des années 2000 en lien avec la flambée des prix alimentaires, constituent également une menace pour le climat dont la Déforestation massive et la destruction des écosystèmes semblent être les points d’orgue. Dans ce contexte, les pays développés sont critiqués pour des agissements en décalage notable avec le discours de protection de l’environnement.

Source  : France 24