Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Le 13 décembre 2010, le Figaro  reprenait un article paru dans la revue Nature qui prend à rebours toutes les vérités bien établies sur l’agriculture bio : cette dernière aurait un impact négatif sur le réchauffement climatique. Les auteurs de l’article affirment que les cultures biologiques relâchent plus de CO2 que les cultures traditionnelles. En effet, les rendements moins élevés de l’agriculture bio demandent davantage de surface pour permettre aux plantes de pousser, causant par là-même une déforestation plus importante. Le CO2 stocké dans les forêts est libéré dans l’air lors de la déforestation. Ainsi, en Suède, les petits pois biologiques ont sur le climat un impact supérieur de 50% à celui des petits pois cultivés de façon traditionnelle. Pour le blé d’hiver biologique, toujours en Suède, la différence est même de 70%. Le « surcoût » en émission de CO2 est encore plus important en matière d’élevage bovin qui exige de plus vastes pâturages. Il ne s’agit pas pour autant, concluent les auteurs de l’étude, d’arrêter de consommer bio car l’étude ne prend pas en compte l’effet néfaste des pesticides. Il s’agit, en fait, de consommer moins.

Source : Le Figaro