Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Dans les forêts tropicales sèches, la végétation se gonfle d’eau à la fin de la saison humide. Elle est stockée  en prévision de la saison sèche. Cette quantité d’eau emmagasinée permet aux arbres de développer  les feuilles 25 à 180 jours avant la nouvelle saison humide. Autrement dit le verdissement de la végétation précède l’arrivée des pluies. Contrairement à ce qui se passe dans les zones tempérées ou boréales où les variations saisonnières du contenu en eau de la végétation et le développement des feuilles sont fortement concomitants. Ce résultat surprenant a été révélé pour la première fois par des observations satellite effectuées dans la région africaine du Miombo par une équipe pilotée par l’Université de Copenhague et l’Inra, en collaboration avec le CEA, le CNRS, le CNES et Bordeaux Science Agro. Ils ont été publiés le 13 août dans la revue Nature Ecology and Évolution.  Ces travaux se sont concentrés dans la région forestière du Miombo qui couvre une surface immense, plus de 2,7 millions de km2 au sud de la forêt équatoriale en Afrique. Dans cette région, les observations satellites montrent clairement que l’indice foliaire (LAI) commence à augmenter plusieurs semaines avant le début des pluies, un signe clair du verdissement « pré-pluie » déjà révélé par de nombreuses études. Les mécanismes impliqués dans ce phénomène ne sont pas encore bien compris mais cette nouvelle étude est la première démontrant qu’il s’agit d’un phénomène de grande échelle, visible sur des régions forestières aussi vaste que la forêt du Miombo, ainsi que dans des régions du nord de l’Afrique équatoriale et dans le Cerrado au Brésil.

Les relations entre le contenu en eau et la végétation sont essentielles dans le fonctionnement des écosystèmes. Or ces processus physiologiques et hydrologiques sont mal pris en compte dans les modèles du système Terre (modèles de projection climatique).  Aussi, le nouveau jeu de données fournies par ces observations satellitaires permettra améliorer la nouvelle génération de modèles du système Terre, conduisant ainsi à de meilleures connaissance du climat futur et du cycle de l’eau dans ces régions du monde.

MB Socopag