Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

A l’occasion de la 57e assemblée générale annuelle de l’OIAC qui s’est tenue du 1er au 6 février  à Grand-Bassam (Côte d’Ivoire), l’Organisation interafricaine du café a annoncé la création d’un  fonds de relance de la production caféière en Afrique. Appelé «Facilité du café africain», ce fonds sera doté d’un budget de 150 millions de dollars (75 milliards de Fcfa environ). Il sera soutenu par la Banque africaine de développement. La production africaine de café ne pèse plus que 12 % de la production mondiale contre 25 % au début des années 1990. Ce déclin s’est fait au profit des productions asiatiques et sud-américaines. La mission du fonds est de d’agir « comme un catalyseur, une dynamique pour la relance de la filière du café africain et entamera le processus de relance avec la formation des producteurs et des groupements à vocation coopérative » a déclaré Fréderic Kawuma, secrétaire général de l’OIAC cité par la presse africaine. L’initiative devrait contribuer au redressement de la production dans les pays membres, chaque Etat étant incité à déployer ses propres soutiens. L’Assemblée générale de l’OIAC a rassemblé 26 pays et avait pour thème « le développement d’une caféiculture durable pour l’émergence de l’économie africaine ». A l’issue de ce rendez-vous, le Gabon a pris la présidence de l’OIAC, succédant à la Côte d’Ivoire.

OM