Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

7 pays africains ont réussi à réduire leur taux de malnutrition de 40 à 50 % entre 2000 et 2016. C’est ce qu’indique le rapport « Alimentation : Comment l’Afrique peut-elle construire un futur sans faim ni malnutrition ? »  publié à l’occasion du forum AGRF 2017 qui s’est tenu du 4 au 8 septembre 2017 à Abidjan. L’étude se base sur la réduction de l’Indice global de la faim (GHI). Les sept pays sont le Sénégal (-56%), le Ghana (-54%), le Rwanda (-53%), l’Angola (-43%), le Cameroun (-43%), l’Ethiopie (-43%) et le Togo (-42%). Ce résultat est le fruit de réformes prises par ces pays. Ainsi, le Sénégal par exemple a créé en 2001 une Cellule de Lutte contre la Malnutrition et a lancé un Programme de Renforcement de la Nutrition (PRN) en 2002. Le Ghana, de son coté, qui était plutôt mal classé, a dans les années 2000 décidé d’intégrer la question nutritionnelle dans les politiques gouvernementales. « Ceci a notamment permis au pays de faire passer de 43% à 25% le taux de retard de croissance infantile entre 2009 et 2012 et d’être la première nation africaine à réduire de moitié le nombre de personnes touchées par la faim en 2015 » indique le rapport cité par l’Agence Ecofin. L’Angola ,pour sa part , a bénéficié de la fin de la guerre civile en 2002, et s’est lancé dans une politique de réduction de la malnutrition associant notamment les ministères de l’Agriculture et de la Santé (Stratégie nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle).

OM