Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Novotrans, l’entreprise russe, jusqu’à présent spécialisée dans les transports par fer, vient d’annoncer la création d’un grand  terminal portuaire sur la Mer baltique. La Russie est actuellement dépendante des ports des pays baltes et elle cherche à s’en affranchir grâce au projet Lugaport, là où le fleuve Luga se jette dans la mer. Le détour par les pays baltes deviendrait inutile avec la réalisation du projet de  port Ust-Luga.

La première tranche consistera à construire, en trois ans, une capacité de transbordement de 9 millions de tonnes  de céréales et une capacité de stockage de 300 000 tonnes.  Une seconde tranche concernera l’exportation de produits agricoles transformés tandis que la troisième portera sur des produits de vrac comme le minerai de fer. Au final, le futur port devrait recevoir chaque jour le fret de 1100 wagons.

La Russie exporte  autour de 45 millions de tonnes de céréales, dont 35  de blé. Son infrastructure portuaire ne suit pas la progression des exportations. Le Nord-Ouest, en particulier, ne dispose pas de terminal céréalier spécialisé. Depuis l’époque soviétique et jusqu’à présent, les Russes continuent d’utiliser les ports de Lituanie, de Lettonie et d’Estonie. Alexander Tkatschov le ministre de l’agriculture russe a annoncé la modernisation et le développement de la logistique dans tous les ports russes, en Extrême Orient russe, en Mer d’Azov, en Mer Noire et en Mer Baltique.

MB Socopag