Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Ribeiro Preto, dans l’État de Sao Paulo au Brésil, est une ville d’environ 700.000 habitants situés dans la première région sucrière du monde.

Les acteurs locaux de l’agronégoce ont toutes les raisons de se réjouir de la  présidence Bolsonaro qui lève un à un toutes leurs contraintes :

  • Suppression des agences de protection de l’environnement ;
  • Homologation de 1000 pesticides ;
  • Augmentation des crédits ;
  • Assouplissement des autorisations de port d’armes.

L’agréable parfum de caramel qui flotte sur cette vaste étendue de canne à sucre, parsemée d’usines à sucre, a du mal à masquer le désastre écologique en cours.

Les intérêts et le niveau de corruption sont au niveau de la taille des installations : le groupe Viralcool, par exemple, traite 3,3 millions de cannes pour produire quotidiennement 2200 tonnes de sucre et 1 million de litre d’éthanol. Le Brésil accapare 40% du marché mondial avec une récolte annuelle de 41 millions de tonnes, 500.000 travailleurs et 140 pays clients pour une valeur de presque 30 milliards de dollars.

Cette industrie a institutionnalisé, depuis le XVIe siècle les inégalités, entre propriétaires riches et ouvriers pauvres, voire esclaves dans un premier temps. Le climat favorable et la qualité des infrastructures ont boosté l’activité, soutenue par l’Institut agronomique de la canne (IAC), une référence en manipulation et croisement génétiques.

Les acteurs de l’agronégoce se sentent portés par leur Président, soutenus par les militaires et les évangélistes et protégés par une denrée dont le monde entier a besoin. La crise sanitaire a gonflé l’activité : +38% pour la production et +69% pour les exportations pour l’année 2020. Le pays s’enorgueillit d’avoir assuré la distribution de denrées (sucre, café, soja…) au monde entier alors que celui-ci tournait au ralenti. Résultat : $100 milliards d’exportations agricoles en 2020.

Pour le Brésil, officiellement, il n’y a pas de problème ! Il reste beaucoup d’arbres, comme l’avancent les producteurs, et les pesticides font la force économique du secteur agricole.

Dans cette région sucrière, Bolsonaro a réalisé un score de 72% aux dernières élections. Malgré cela, les sondages donnent Lula vainqueur pour les élections de 2022. En effet, tous les Brésiliens ne semblent pas avoir profité de cette si lucrative année 2020.  En outre, le demi-million de morts brésiliens, victimes du covid, pèsera sans doute dans la balance.

Source : Le Monde