Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

L’Afrique du Sud est le premier consommateur de volaille sur le continent.  Les Américains comptent profiter de ce marché prometteur.

Depuis les années 2000, Pretoria applique des droits de douane de 100% sur les importations de volaille non désossée en provenance du continent américain, estimant que cette industrie pratique des prix trop bas pour permettre la survie des élevages sud-africains.

Selon le département de l’agriculture des États-Unis (USDA), le niveau d’importation de l’Afrique du Sud a démontré son incapacité à produire suffisamment en local pour ses propres besoins. En 2014, pour répondre à la demande croissante de protéines, l’Afrique du Sud a importé 400.000 tonnes de volaille, principalement du Brésil et de l’Europe.

L’industrie de la volaille est un sujet crucial en Afrique du Sud, elle pèse 16% du PIB agricole et a motivé le gouvernement à multiplier les obstacles douaniers sur les importations américaines… jusqu’au début de l’année 2014.

Les Américains font alors pression sur l’Afrique du Sud en menaçant celle-ci de l’exclure de l’African Growth Opportunities Act (AGOA), un accord de libre-échange stratégique pour les Sud-africains qui exportent, sans droits de douane, agrumes, vins et automobiles aux États-Unis.

En 2015, les Sud-africains cèdent puis se rétractent à la faveur de la grippe aviaire américaine. Barack Obama, alors président, pose lui-même un ultimatum à l’Afrique du Sud et, à quelques jours de la date butoir, l’Association sud-africaine des importateurs et exportateurs de viande (AMIE) ouvre le marché aux Américains en échange du renouvellement de l’AGOA pour 10 nouvelles années.

En 2020, l’Afrique du Sud a importé 82 000 tonnes de poulet américain tandis que plusieurs dizaines de petits producteurs sud-africains déposaient le bilan. Seuls les leaders locaux résistent : RCL Foods, Country Bird Holdings, Astral Foods.

La profession s’organise pour augmenter sa capacité de production avec une enveloppe de. $227 millions visant à moderniser le secteur et à créer des emplois.

Source : Agence Ecofin