Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Digital Food Lab est un cabinet de conseil, d’analyse et de stratégie dans le domaine de la Food Tech.

Chaque année, il procède à une analyse du marché alimentaire et des tendances marquantes afin d’éclairer sa clientèle : « 2021, la FoodTech en Europe ». Pour 2021, le cabinet prévoit une l’émergence d’une nouvelle vague de startups de la Food Tech en Europe.

Ynsect occupe la première place de ces startups, avec des levées de fonds successives pour un montant total de €330 millions.  L’entreprise est spécialisée dans l’élevage d’insectes et assure leur transformation en aliments pour le bétail ou les animaux de compagnie.

Le rapport couvre tous les métiers de la filière agroalimentaire et inventorie et analyse les entreprises qui innovent dans la filière agroalimentaire, de la production à la consommation.

Plusieurs tendances émergent de la lecture de cette étude.

  • Tout d’abord, les fonds levés n’ont pas faibli en 2020 alors que la situation s’est trouvée très contrainte par les restrictions sanitaires : €2,7 milliards. La majorité des financements viennent d’investisseurs non européens. L’Europe stagne en termes d’investissement, elle ne représente plus que 12% des investissements dans la FoodTech ;
  • Les investissements interviennent très tôt dans les projets d’innovation, parfois avant même la sortie du prototype de produits ou de services, ce qui confirme la grande confiance des financeurs dans la FoodTech ;
  • Les experts prêtent aussi à la FoodTech le pouvoir de modifier en profondeur la société, en effet, l’alimentation est un levier de croissance, économique et social.

L’AgBiotech draîne la majorité des investissements (64%), puis viennent les fermes urbaines (24%), et 2020 a aussi marqué un bond des investissements dans la transformation avec une augmentation de 245% (cloud kitchen, viande cellulaire, …).

Géographiquement, 5 hubs de la FoodTech sont identifiés :

  • Royaume-Uni (leader) ;
  • France ;
  • Pays nordiques (Protéines alternatives) ;
  • Allemagne, Autriche, Suisse ;
  • Benelux

Faire de l’Europe non pas « un » mais « le » leader est possible selon le cabinet, à condition que les États et les Investisseurs européens saisissent l’enjeu stratégique du secteur et favorisent les collaborations entre la Recherche et les entreprises dans une approche plus curieuse que réglementaire.

Source : agro-media