Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Dans un rapport iconoclaste présenté au Sénat, les sénateurs français, Alain Houpert et Yannick Botrel soulignent l’absence de transparence des politiques publiques en faveur du bio et les zones d’ombre d’une filière dont les arguments n’auraient jamais fait l’objet d’un débat de fond. Ainsi, le programme Ambition Bio 2022 présenté par le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert en 2018 prévoit-il de convertir 15% des surfaces agricoles utiles (SAU) au bio d’ici 2022. L’objectif, selon le rapport, est  inatteignable. Actuellement, les surfaces consacrées au bio ne représentent que 7,5% des SAU. Et encore, le chiffre réel ne serait que de 2,6% car 60% des surfaces officiellement consacrées au bio sont recouvertes de surfaces fourragères et de prairies permanentes. Générant un chiffre d’affaires annuel de € 10 milliards, le bio relèverait, selon les auteurs du rapport, du slogan et de la communication. Bien qu’ils ne condamnent pas le bio, les auteurs soulignent les insuffisances de nos connaissances sur ses effets en matière d’environnement, de santé et de productivité.

Source : Le Point