Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

Pour protéger leurs récoltes contre les prédateurs, les fermiers ont le choix entre des armes chimiques ou biologiques. Ils ont privilégié depuis la seconde moitié du XXème siècle les produits chimiques fournis par les géants de l’agrochimie. Depuis, les préoccupations environnementales et, en particulier l’interdiction des néonicotinoides par l’Union européenne, de plus en plus de fermiers se tournent vers l’arme biologique. Une des armes promise au succès est l’introduction dans les récoltes d’ennemis naturels des parasites provenant de l’extérieur ou la création de conditions favorables à la croissance de prédateurs appartenant à l’environnement de la plante. Ainsi des chercheurs viennent-ils de découvrir qu’une guêpe parasite était l’ennemi naturel d’insectes prédateurs, les altises, qui se nourrissent de graines de colza. Aussi, ces chercheurs cherchent-ils à améliorer les conditions de croissance et de multiplication de ces guêpes protectrices. Certains voient dans cette approche une opportunité pour créer des élevages de ces guêpes pour les commercialiser auprès des fermiers qui les répandraient dans leurs champs….

Source : ft.com