Comprendre les enjeux de l’agriculture
Print Friendly, PDF & Email

12 millions d’hectares de forêts tropicales ont disparu dans le monde en 2018. Ces chiffres publiés par Global Forest Watch (GFW) se basent sur des observations effectuées par satellite et communiquées par l’Université de Maryland aux Etats-Unis. Ils concernent aussi bien les abattages que les destructions par le feu dans le monde entier. La déforestation est particulièrement  grave pour les forêts tropicales d’origine avec la disparition de 3,64 millions ha arborés, soit une surface supérieure à celle de la Belgique.

Ces forêts abritent une très grande variété d’espèces, elles fixent du CO2 et ont une grande influence sur le climat. Néanmoins, les auteurs l’étude constatent un recul de la déforestation par rapport aux années 2016 et 2017 avec 16,95 millions ha en 2016 et 15,81 millions ha en 2017. Cette tendance se poursuivra-t-elle à l’avenir ? La question est posée.

Le Brésil est en tête des disparitions des forêts avec 1,35 million ha de destructions de forêts tropicales d’origine. Certes, le feu a fait son œuvre, mais de grandes étendues forestières ont été déboisées pour obtenir de pâtures. Aujourd’hui, Il est trop tôt pour y voir des conséquences de la politique du nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro. Les grands déboisements ont eu lieu avant son élection. Mais il a clairement affirmé que la protection de la nature n’était pas sa priorité. Il ne veut pas de nouvelles zones de protection dans le bassin de l’Amazone, ce qui favorisera  de nouveaux déboisements.

En revanche, l’étude  de GFW relève une évolution positive en Indonésie où la destruction de forêts est au plus bas depuis 2003, ce qui indique que les mesures de protection prises par le gouvernement commencent à produire leurs effets.

MB Socopag