Comprendre les enjeux de l'agriculture
Print Friendly, PDF & Email

En juillet dernier sont entrés en vigueur les droits de douane américains de 25 % sur 36 Mds $ d’importations chinoises et les mesures de rétorsion équivalentes de la Chine qui frappent surtout les  produits agricoles américains, soja et porc en particulier. L’application des mesures chinoises de rétorsion (droits de douane essentiellement) a déjà des effets sur l’agriculture US. La première conséquence est d’obérer la capacité de l’agriculture américaine à continuer à exporter ces produits en Chine, contraignant les farmers américains à écouler leur production sur le marché domestique, ce qui provoque une forte baisse des cours. Elle est estimée à près de 20 % sur le soja.

Cet effondrement des cours couplé à une augmentation du prix du matériel agricole consécutif à l’application des droits de douane US sur l’acier et l’aluminium et la perte des marchés, non seulement en Chine, mais également dans les autres pays ayant instauré des droits de douane en rétorsion sur les produits agricoles américains – comme le Canada, l’Australie et l’Union européenne – suscite de fortes inquiétudes chez les agriculteurs américains. L’Université de Purdue dans l’Indiana  estim la baisse des exportations de soja américain à plus de 50 % pour la campagne 2018-2019. L’impact des pertes pour cette filière est évaluée à 2,3 Mds$.

Petite consolation néanmoins, les importations européennes de graines de soja américaines ont progressé de 283 %  pour atteindre  360 000 tonnes et celles de tourteaux ont été multipliées par 30 au mois de juillet. Les opérateurs européens ont réorienté leurs achats pour profiter des prix attractifs sur le marché américain, sans attendre l’engagement de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, auprès de Donald Trump d’importer davantage de soja US lors de leur rencontre, le 25 juillet dernier.

Au-delà des effets immédiats, c’est la perte pérenne des marchés qui inquiète aussi les farmers américains, car la reconquête d’un marché perdu est toujours une tache délicate.

MB Socopag